Page 1 sur 1

Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 01 Déc 2016, 13:38
par Ramel
Les Echos a écrit:L'Europe vue du ciel, une société basée sur l'aérodrome de Chambley Planet'Air (Meurthe-et-Moselle), vient de développer le Green Observer, un nouvel avion dédié aux prises de vues aériennes. L'appareil est dérivé du monomoteur biplace Alpha Trainer. Classé en France dans la catégorie ULM, le Green Observer a une vitesse de croisière de 200 km/h, consomme 6,5 litres pour 100 kilomètres parcourus et dispose d'une motorisation particulièrement silencieuse et peu polluante. Son autonomie est de 3h30, soit près de 720 kilomètres.


http://www.lesechos.fr/pme-regions/innovateurs/0211516243734-green-observer-reinvente-lavion-dedie-a-la-photo-aerienne-2047067.php

Quelqu'un en a entendu parler ?

Re: Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 01 Déc 2016, 14:59
par jplandez
L'appareil n'a rien de nouveau, c'est son utilisation qui est nouvelle. Enfin, pas tellement, on avait eu une idée similaire, il y'a 30 ans : utiliser un ULM pour remplacer l'écureuil (l'hélico) pour l'inspection des lignes haute tension d'EDF. Pas de bol, EDF a décidé peu après d'abandonner la surveillance aérienne. Fiasco pour nous.

Re: Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 02 Déc 2016, 09:25
par Jlk
Ramel a écrit:
Les Echos a écrit:L'Europe vue du ciel, une société basée sur l'aérodrome de Chambley Planet'Air (Meurthe-et-Moselle), vient de développer le Green Observer, un nouvel avion dédié aux prises de vues aériennes. L'appareil est dérivé du monomoteur biplace Alpha Trainer. Classé en France dans la catégorie ULM, le Green Observer a une vitesse de croisière de 200 km/h, consomme 6,5 litres pour 100 kilomètres parcourus et dispose d'une motorisation particulièrement silencieuse et peu polluante. Son autonomie est de 3h30, soit près de 720 kilomètres.


http://www.lesechos.fr/pme-regions/innovateurs/0211516243734-green-observer-reinvente-lavion-dedie-a-la-photo-aerienne-2047067.php

Quelqu'un en a entendu parler ?


Plus d'informations sur l'avion sont visibles ici http://www.green-observer.com et sur le FMS embarqué ici : http://www.air-photo-nav.com

Re: Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 02 Déc 2016, 16:56
par DELTAPAPA
Bonjour,
C'est une belle démonstration de l'usage de l'ULM en photo aérienne avec un domaine d'utilisation convenant dans les cas les plus demandés. Je suis convaincu de sa rentabilité par rapport au drones ( mis à part la vidéo ) pour un domaine que je pratique depuis 15 ans. Il m'arrive de faire appel à l'avion ou à l'hélico, mais je me rends compte que le marché n'est pas extensible et que les règles qui encadrent les drones évoluent vers plus de restrictions et de contraintes techniques rendant les machines très vite obsolètes
Green Observer est au top, ce qui leurs permet d'attaquer des marchés à forte valeur ajoutées, et pour ceux que ça intéresse une petite visite du site est très instructive..
espace-creation.fr

Re: Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 02 Déc 2016, 19:47
par jplandez
Juste une question. En avion, pour faire cà, il faut une licence CPL. (c'est du travail aérien) ou pas ?
Le fait que ce soit avec un ULM change t'il quelque chose ?.

Re: Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 02 Déc 2016, 20:23
par Jlk
jplandez a écrit:Juste une question. En avion, pour faire cà, il faut une licence CPL. (c'est du travail aérien) ou pas ?
Le fait que ce soit avec un ULM change t'il quelque chose ?.


D'un point de vue purement administratif, pour piloter un ULM en conditions de travail aérien, un brevet ULM associé aux D.N.C. concernées et un manuel d'activité particulières sont nécessaires et suffisantes, la licence de CPL n'est pas nécessaire en ULM www1.snppal.fr/reglementation/

Re: Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 03 Déc 2016, 15:51
par DELTAPAPA
Quelques précisions pour ceux qui pensent s'orienter sur ce marché, et en dehors des règles administratives définies précédemment:
- Les clients prennent tardivement leurs décisions laissant peut de latitude pour synchroniser pilote, machine et météo.
- Le vent est notre ennemi.
- On ne peut sérieusement être pilote et photographe quand il faut se concentrer sur un site et tourner autour; il faut donc 2 pilotes !
- Certains sites sont évidents, mais d'autres demandent un bon dossier de repérage et le GPS.
- C'est une activité complémentaire concurrencée par le ballon captif ( meilleur empreinte écologique ) et le drone ( faible charge et temps de vol réduit )
- Un opérateur à bord d'un engin volant est plus réactif, avec des cadrages précis, qu'un système de visionnage à distance, et le nombre de clichés est supérieur dans un temps record ( en moyenne 10mn par site )
Voila mes retours d'expérience que je peux partager avec ceux que ça intéresse.
espace-creation.fr

Re: Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 05 Déc 2016, 16:23
par jplandez
Jlk a écrit:
jplandez a écrit:Juste une question. En avion, pour faire cà, il faut une licence CPL. (c'est du travail aérien) ou pas ?
Le fait que ce soit avec un ULM change t'il quelque chose ?.

D'un point de vue purement administratif, pour piloter un ULM en conditions de travail aérien, un brevet ULM associé aux D.N.C. concernées et un manuel d'activité particulières sont nécessaires et suffisantes, la licence de CPL n'est pas nécessaire en ULM www1.snppal.fr/reglementation/

J'ai été voir, mais pas trouvé. (pas bien cherché non plus). C'est quoi une DNC et le manuel ?
Peux tu citer commer trouver le ou les articles ? ou poster les/les paragraphes ?
Merci,
bons vols.
JP

Re: Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 05 Déc 2016, 16:27
par Ramel
DNC : déclaration de niveau de compétence. Il en faut pour l'épandage agricole, la prise de vue aérienne, je crois aussi pour le largage para (mais je suis pas certain de celui là).

Re: Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 05 Déc 2016, 20:17
par KITFOX21
Et pour le tractage de banderolles

Re: Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 05 Déc 2016, 20:41
par jplandez
J'aimerais bien voir les textes.
En avion, à une époque, on pouvait faire du remorquage planeurs avec un TT après un stage à St Auban (pour les remorqueurs SFACT),
Idem je pense pour le larguage para.
Mais toujours dans un cadre bénévole. ;)
sinon il fallait un CPL, avec lequel on exerce "de droit", sinon, c'est par dérogation.
Je m'étonne qu'on puisse utiliser un ULM avec une simple licence "privée" pour une activité purement commerciale. :roll:
Mais bon, tout évolue, il y'a bien Uber..

Re: Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 05 Déc 2016, 21:01
par KITFOX21
Si si juste un peu de paperasse pour nos amis de la dgac.
Comme on peut voler en montagne sans qualif, comme on peut aller à l'étranger sans qualif anglais...etc, c'est ça l'ULM enfin pour l'instant...

Re: Green Observer réinvente l'avion [ULM] dédié à la photo aérienne

MessagePosté: 05 Déc 2016, 21:41
par Jlk
jplandez a écrit:J'aimerais bien voir les textes.
En avion, à une époque, on pouvait faire du remorquage planeurs avec un TT après un stage à St Auban (pour les remorqueurs SFACT),
Idem je pense pour le larguage para.
Mais toujours dans un cadre bénévole. ;)
sinon il fallait un CPL, avec lequel on exerce "de droit", sinon, c'est par dérogation.
Je m'étonne qu'on puisse utiliser un ULM avec une simple licence "privée" pour une activité purement commerciale. :roll:
Mais bon, tout évolue, il y'a bien Uber..



la majorité des textes sur les MAP et DNC sont dans l'arrêté de 91 (chapitre 3 essentiellement)
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTe ... 0006077971
le travail aérien en ULM existe depuis plus de 25 ans. Il n'y a qu'un seul type de brevet en ULM qui ne fait pas de distinction entre privé et pro, la seule chose interdite au niveau des activités commerciales en ULM est le transport public de passagers (déplacement d'un point A a un point B contre rémunération).