Page 3 sur 5

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 12 Jan 2017, 16:16
par aubert
jeromef a écrit:Sur mon 582, j'ai un thermomètre carbu et un réchauffage électrique.la zone "critique" indiquée sur le cadran est +10/-10°C.
Par temps froid, je laisse la CHT monter à 50°C avant de mettre les gaz (et l'EGT à 450), et je vérifie la température carbu: en fait je n'ai jamais eu besoin de la réchauffe car la température carbu est en général vers 15° (pareil en prise de terrain)
(Il faut dire que le moteur est capoté, et que les carbus sont derrière le radiateur de droite)


Bonjour
elle est où la sonde du thermomètre ? dans le venturi ? car sinon 15° en amont du carbu comme c'est parfois le cas pour certains montages, c'est proche d'une condition idéale pour givrer si on tient compte de la diminution de température du mélange air/essence.
temps froid .... surtout humide :D le 582 je ne connais pas mais sur un 4tps comme le Jabiru on attend d'avoir 100°C aux CHTs avant de solliciter la bête ;)

http://www.ulm-actualite.info/givrage-ulm
Amicalement
Dominique

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 12 Jan 2017, 16:29
par alexis0391
Juste une question entre deux débats d'experts ;-)

Si mon moteur à serré, les dégâts sont ils irrémédiables dans tous les cas ?

Peut on vérifier sans déculasser ?

en supposant que mon moteur démarrée correctement la prochaine fois, si je fais des tours de piste dans le cône de sécurité pendant 30 minutes et que le moteur fonctionne normalement, je peux évacuer le serrage comme panne ?

Merci bien

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 12 Jan 2017, 17:07
par serge5694
si ton moteur a serré les dégât sont irrémédiable.
tu peux vérifier le serrage par le trou de bougie avec une caméra ou par la lumière d'échappement mais il faut enlever le Y d'échappement ou encore avoir une caméra. le serrage à toujours (ou presque) lieu au niveau de la lumière d'échappement, point le plus chaud. par la lumière d'échappement tu ne vois pas le cylindre mais le piston qui devrait être plus marqué que le cylindre.
un moteur qui a serré peut très bien redémarrer une foie refroidi mais si les dégâts sont important le risque d'abimer encore plus le moteur est réel. en plus il y a gros risque de serrer de nouveau.
pour le givrage, jamais vu plein gaz sauf que comme dit Jean si tes venturis de carbu étaient déjà en partie obstrués par la glace l'effet venturi est augmenté et le givrage peu continuer.

une autre cause de l'arrêt moteur pourrait être le manque d'essence, as tu changé ta pompe à essence et ta pompe électrique était elle en marche? au sol est ce que le moteur à redémarré de suite sans réamorcer l'essence?

pour ta troisième question il est préférable de ne pas faire redémarrer un moteur qui aurai seeré sans avoir vérifier l'état des pistons cylindres. et surtout ne vol pas avec un moteur qui aurai pu serrer sans avoir vérifié, risque de casser un segment voir même arrachement du segment supérieur.

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 12 Jan 2017, 17:16
par cloudrider
Un serrage même lèger entraine souvent un arrachement de matière sur les pistons principalement.Les surfaces de friction altérées ne glissent plus très bien,et ça peut recommencer et vu que ton moteur c'est ton assurance vol,on joue pas avec ça.
Par contre un moteur deux temps aspire à cylindrée égale deux fois plus d'air qu'un quatre temps.Je sais pas si ça influe beaucoup sur le givrage,sachant qu'en plus c'est un mélange d'un côté,et de l'essence pure de l'autre.Avez vous une idée là dessus?

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 12 Jan 2017, 19:09
par serge5694
cloudrider a écrit:Par contre un moteur deux temps aspire à cylindrée égale deux fois plus d'air qu'un quatre temps.


En réalité pas vraiment car le taux de remplissage d'un 2T est bien inférieur au 4T, du moins pour nos moteur d'ULM.
La dépression sur un 2T est moins importante que sur un 4T mais c'est pas une règle absolue, tout dépend de l'effet de pompage.
Le mélange est aussi moins vaporisable que l'essence pur donc moins d'abaissement de température.
Plus les carbu sont proches du moteur plus ils profitent de la chaleur dégagé par celui ci, valable aussi pour les 912 qui sont rarement équipés de réchauffe carbu sur nos ULM, ça ne veut pas dire qu'ils ne givrent jamais et les moteur à l'air libre doivent être surement plus sensible.
J'avais sur mon Hirth 4 cylindre une sonde de température carbu placée dans le venturi, par temps froid, inférieur à 0°au sol (200ft) avec de la puissance affichée la température n'est jamais descendu sous 10° même à 14000ft par contre en descente gaz réduit ça passait facilement en dessous de 0°.

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 12 Jan 2017, 19:49
par lolo37
Les deux temps ne givrent pas au point d’arrêter un moteur, jamais entendu ça.(dépression faible et huile dans l'essence).
Par contre arrêt moteur après réduction de gaz au déco c'est quasiment sûre un serrage, il faut démonter l'échappement pour vérifier les cylindres (on trouve des petits endoscopes sur smartphone pour une misère).
L'entretien des carbus est-il bien fait ? Un nettoyage annuel avec synchro et après chaque période d'immobilisation est INDISPENSABLE sur les deux temps.
J'espère pour toi que ce n'est pas ça

(à JP Landez : tes commentaires sont souvent très intéressants mais pourquoi répondre à des sujets ou visiblement tu n'as aucune expérience ?)

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 12 Jan 2017, 19:58
par jeromef
elle est où la sonde du thermomètre ? dans le venturi ?


Exact.C 'est d'ailleurs le seul 582 que j'ai jamais vu avec un réchauffage carbu. Le constructeur (allemand) de l'Avid avait fait la totale: Moniteur moteur MGL, Horizon artificiel à depression, rechauffage carbu, transpondeur!

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 12 Jan 2017, 20:04
par jplandez
lolo37 a écrit:
(à JP Landez : tes commentaires sont souvent très intéressants mais pourquoi répondre à des sujets ou visiblement tu n'as aucune expérience ?)

Puisque les carbus de 2T ne givrent pas, continuez à ignorer le risque :( ou volez en conditions non givrantes.
Les accidents dus au givrage, carbus, hélice ou cellule, sont rarement identifiables après le crash, car la glace a fondu.
L'expérience consistant à n'amener que la sienne; Le "moi ça m'est jamais arrivé", ou "j'ai jamais entendu dire que".. ça ne vaut rien :evil:

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 12 Jan 2017, 20:48
par alexis0391
pour ceux que cela intéresse il y a foison de rapport BEA qui attribue des crashs à un givrage carbu, certains sont sur des 582..

Si j'ai serré c'est que le moteur à surchauffé non ?

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 12 Jan 2017, 21:17
par ch@ntel
Pas nécessairement, cela peut aussi être un manque de lubrification. Tiens voici un lien intéressant sur le serrage en 2 temps:

http://paramoteur.compagnie.free.fr/serrage.htm

Cela pourra peut-être te donner des pistes de recherche ?

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 13 Jan 2017, 09:14
par cloudrider
alexis0391 a écrit:Si j'ai serré c'est que le moteur à surchauffé non ?


Probable que toutes les pièces n'étaient pas à température de fonctionnement et donc inégalement dilatées.Un piston chauffe et donc se dilate plus vite à plein régime que le cylindre autour,qui lui a plus d'inertie thermique et qui est refroidi par l'eau qui n'est peut être pas à sa température de fonctionnement normal. Ca suffit pour créer une diminution du jeu normal piston/cylindre, l'huile du mélange ne suffit plus à assurer le bon glissement, donc friction, chauffe, dilatation supplémentaire,etc...

Modo Maglite : balises de citation corrigées.

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 13 Jan 2017, 09:26
par esoub83
Je ne connais pas le 582 mais si tant est que tu ais un monitoring de la temperature d'eau ou de la culasse, que dit le constructeur et as tu respecté une éventuelle consigne ?
De mémoire sur le 912, c'est 70°C mini à la culasse avant d'appliquer la puissance de décollage.
Es-tu sûr de la qualité de ton mélange ?

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 13 Jan 2017, 09:46
par cloudrider
L'huile du mélange pulvérisé arrive par le bas et lubrifie surtout la jupe du piston par l'intérieur du segment râcleur qui réparti l'huile sur la surface du cylindre.Une autre infime partie du mélange huilé arrive par le haut au moment de la compression du mélange.
Le piston chauffe par le dessus en fonctionnement normal ,c'est la que la masse d'inertie maximale se situe et on y trouve un segment coupe feu et un ou deux autres d'étancheité.Le point chaud du piston est la couronne supérieure qui si elle n'a pas suffisamment d'espace pour se dilater,chasse le film d'huile qui ne peut plus remonter vers le haut.Les segments sont prévus pour encaisser les dilatations avec une marge de sécurité en plus en fonctionnement normal.La dilatation de la couronne entraine rapidement un contact piston cylindre et l'enclenchement du processus de chauffe par friction...D'ailleurs on sait tous que les moteurs usés ont plus de mal à serrer,vu que les jeux se sont faits.

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 13 Jan 2017, 14:31
par jeromef
L'huile du mélange pulvérisé arrive par le bas et lubrifie surtout la jupe du piston par l'intérieur du segment râcleur qui réparti l'huile sur la surface du cylindre.


pour info, il n'y a pas de segment racleur sur les 2 temps!

http://pieces-ulm.com/detail.php?id=25

Re: Arrêt moteur en montée initiale

MessagePosté: 13 Jan 2017, 17:51
par alexis0391
baon, une petite video du test fait ce jour dans les cales.

http://sendvid.com/jgyymyeq

Mon échappement ne pouvait compter ni sur le souffle du vent relatif, ni sur celui de l'hélice pour prendre le frais mais bon..

Le test à duré une vingtaine de minutes en tout, RAS.

J'aurai du poster la video où je coupe la pompe electrique et la pression essence descend à 0,9 PSI au lieu des 3 à 6 préconisés par rotax.

La mikuni toute neuve qui trone sur mon bureau va rejoindre l'ulm dès que possible...