Page 3 sur 3

Re: Les instructeurs (et les autres) sont-ils conscients des risques qu’ils prennent ?

MessagePosté: 08 Mar 2018, 13:44
par mileuh
Pour le dépassement de masse, ne faudrait-il pas que l'assurance prouve que l'accident EST du au dépassement de masse pour pouvoir se défausser ?

Sinon, pour l'accident relaté par Daniel C, j'ai lu le rapport BEA (qui fait un travail remarquable et indispensable) et c'est assez édifiant... La responsabilité du commandant de bord est là clairement établie, car il a poursuivi le vol malgré les conditions non VFR. Qu'en serait-il en ligne? Le pilote ou l'opérateur seraient punis?

En apparté, je trouve cette conclusion de la BEA tout à fait correcte, pour l'avoir (heureusement sans incident) expérimenté :
Souvent des contraintes ou des motivations évidentes sont identifiées, qui peuvent expliquer cette obstination (échéances professionnelles ou personnelles,
engagements pris). Parfois, de tels éléments ne semblent pas avoir influencé le pilote. C’est alors la destination en elle-même qui semble être la motivation et la contrainte. Par le passé, le BEA a d’ailleurs montré que le risque d’accident en conditions défavorables (météorologie, éclairement) augmente à mesure que les pilotes se rapprochent de leur destination.

On se sent faussement moins en danger car la destination est toute proche, allez savoir pourquoi...

Re: Les instructeurs (et les autres) sont-ils conscients des risques qu’ils prennent ?

MessagePosté: 08 Mar 2018, 18:24
par ch@ntel
mamie a écrit:[
Attention de pas tout mélanger, jlsanto a bien expliqué la différence entre l'amende que le condamné doit payer lui même et les dommages intérêts qui sont intégralement payés par l'assurance. C'est précisément le rôle de l'assurance, même en cas de faute caractérisée de la part du condamné.
Or dans l'exemple dont on parle (crash de Laslades) l'amende est "seulement" de 6000 Euros, tout le reste est pris en charge par l'assurance.

Cordialement


Oui, c'est d'ailleurs pour cela que j'ai préciser "d'amendes et dommages et intérêts" ;) , donc effectivement je ne mélange pas les deux, je me renseignais juste sur qui paye quoi... Mais, en tout cas, merci de me prévenir de faire attention. :D

Re: Les instructeurs (et les autres) sont-ils conscients des risques qu’ils prennent ?

MessagePosté: 08 Mar 2018, 19:57
par Claude Nowak
Plgrange a écrit:Non, même en cas de dépassement de la masse, l'assurance paiera.

Je n en doute pas un seul instant, comme je ne doute pas un seul instant qu elle fera tout pour savoir s il n y a rien à tondre sur le mouton-pilote-responsable :lol:
Je ne le répète jamais assez: vous devez avoir peur de 3 choses: de votre banquier, de votre assureur et des vipères.

Re: Les instructeurs (et les autres) sont-ils conscients des risques qu’ils prennent ?

MessagePosté: 08 Mar 2018, 20:01
par Luciano
... et encore, pour les vipères, il existe des contrepoisons très efficaces.
:)

Bons vols,
Luciano

Re: Les instructeurs (et les autres) sont-ils conscients des risques qu’ils prennent ?

MessagePosté: 09 Mar 2018, 11:47
par Gabinger
Oui, laisson les vipères tranquille ! Moi j'ajouterais, nos dirigeants, toujours prêt à nous sortir des taxes où les loi aux consequences catastrophiques.
Par exemple en Italie, avec un systeme de taxe debile ils ont tué radicalement leur aviation légère. Heureusement les Ulm ont put échapper en partie au carnage, du coup ils se sont développés.
A noter que depuis quelques années, les reglementtions ulm Italienne sont alignés sur les Française, du coup, pour les nouvelles machines, fini les poids lourds et les moteurs de 140 cv... :(

Pour en revenir au sujet, depuis mes débuts, en parapente où on etait bien insouciants, j'ai vu les choses se crisper, les règlements, normes et "bonnes pratiques" "pour notre sécurité" se multiplier, au détriment de la simplicite et de la joyeuse libertée du vol.
Quant à la sécurité, le taux d'accident est resté le même.

Pour moi, pas de doute, on l'a eu dans le c..