Page 1 sur 3

Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 14 Fév 2019, 18:13
par patrickblanc
Bonjour,
Certains club demandent pour l'apprentissage de l ULM, un certificat de non contre-indication.

Est ce que le diabète de Type 1 ( régulation avec une pompe à insuline) permet d’avoir de certificat ?
Sur le site FFPLUM il est mentionnée comme contre indication
"métabolique, surtout en cas de risque d'hypoglycémie"

La glycémie est bien très bien régulée grâce à la pompe.

Avez vous connaissance de gens qui pratique avec cette pathologie et ayant un certificat ?
Merci .
Patrick

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 15 Fév 2019, 19:08
par lolo37
il est marqué juste avant "Toute pathologie aiguë ou chronique non stabilisée ou mal équilibrée par le traitement, en particulier "

https://ffplum.fr/pratiquer/medical

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 15 Fév 2019, 19:26
par flyingman
La réglementation ULM ne demande aucuns certificats médical.

Il te faut trouver un instructeur non affilié à la FFPLUM.

Bonne recherche.

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 16 Fév 2019, 10:52
par Marcel75
Merci beaucoup pour avoir ouvert ce sujet. Cela fait plusieurs mois que je n'ai pas participé à ce forum, à cause des réactions épidermiques et désobligeantes de certains pilotes vis-à-vis de mes convictions qui paraissent sortir de nulle part (on m'a accusé d'être un avatar n'ayant que très peu d'heures de vol en ULM).

J'ai promis de revenir pour parler du "médical".

Tout d'abord, Flyingman a tout à fait raison lorsqu'il affirme que la réglementation ULM ne demande aucun certificat médical. J'ai passé mon brevet ULM en 2018 auprès d'un instructeur non affilié à la FFPLUM, qui m'a fourni les documents nécessaires envoyés par internet à la DGAC pour que je puisse recevoir mon brevet et licence, après 5 heures de vol.

J'étais commandant de bord B 747-400 et je totalise 11400 heures de vol. J'ai été déclaré inapte classe 1 et classe 2 en 2010 cause psychiatrie. J'ai contesté mes inaptitudes devant les tribunaux administratifs. J'ai gagné en 1 ière instance puis en appel après une expertise judiciaire demandée par l'Etat. L'Etat (par l'intermédiaire du CMAC) a fait appel de l'arrêt au Conseil d'Etat qui a fini par rejeter cette expertise judiciaire sans raison juridique. J'ai repassé sur ma demande une visite médicale classe 1 et classe 2 dans le même centre qui m'avait déclaré inapte en 2010. J'ai été de nouveau déclaré inapte classe 1, classe 2 et classe LAPL sous prétexte que j'avais été déclaré inapte auparavant, refusant d'appliquer l'article MED 045 du règlement européen UE 1178/2011 relatif à la possibilité de repasser une visite médicale au bout de 5 ans, en appliquant les règles d'une 1ière aptitude. J'ai attaqué 4 médecins au Conseil de l'Ordre. Pendant les échanges de mémoires, un compte-rendu d'expertise médical m'est tombé entre les mains assorti d'un échange de courriels entre le médecin signataire et son avocate qui avouait qu'il y avait un problème de signature.
J'ai alors compris que les documents pouvaient être considérés comme des faux en écriture car établis sur la production de compte-rendus antidatés.
J'ai alors porté plainte contre 11 médecins au Procureur de la République pour faux, usage de faux et complicité. Sont incriminés plusieurs médecins du CMAC ainsi que les médecins liés à 2 centres d'expertise.

Le Procureur de la République m'a répondu qu'il n'avait pas assez d'éléments, alors que je lui ai fourni, par l'intermédiaire d'une audition devant un officier de police judiciaire, un très grand nombre de documents avec des enregistrements. La Chambre disciplinaire de 1 ière instance a également rejeté mes 4 plaintes, tout en rejetant les demandes d'aide juridictionnelles faites par les médecins incriminés. Elle s'est donc déclarée incompétente et n'a pas le droit de statuer sur la notion de faux en écriture qui est réservée uniquement dans une procédure au pénal.

Cette plaisanterie dure depuis 2010, et je suis maintenant aux Prud'hommes depuis 2016. Voici donc les conclusions que j'en tire, et je vous demande de les partager et les faire circuler au plus grand nombre, du fait de mon expérience unique en la matière.

1) Il n'est pas possible, en France, de contester une inaptitude, du fait que les circuits de recours existants ne statueront jamais en faveur du candidat.
2) Le CMAC est tout puissant, sous contrôle de l'armée.
3) En cas de litige, le Conseil d'Etat sera toujours du côté du CMAC, même s'il a tort, et même s'il ne respecte pas la réglementation.
4) Les membres du CMAC sont nommés à vie, et les élus ont abdiqué devant cet organisme qui ne respecte aucun principe démocratique de transparence.
5) Le Conseil de l'Ordre n'ira jamais contre le CMAC, car les médecins y siégeant, sont investis du service public et sont inattaquables par un particulier.
6) Les Procureurs de la République ne prendront jamais le risque de lancer une information judiciaire contre des personnes investies de service public, car cela risquerait de révéler un système mafieux qui arrange bien le pouvoir en place. Pour rappel, les juges du Conseil d'Etat ne sont PAS indépendants.
7) Aucun avocat ne va risquer sa réputation pour une personne soupçonnée de troubles psychiatriques même si des experts désignés disent le contraire.
8) Les compagnies aériennes connaissent cette combine pour éliminer les pilotes rebelles.
9) Il existe 2 failles au système:
a) aucun document autre que le certificat, émanant d'un médecin aéronautique n'a de valeur juridique, car tombant sous le sceau du secret médical.
b) il est possible de passer des visites médicales hors France, l'adresse de résidence n'ayant aucune importance. Je l'avais fait en 2010 en Belgique, mais mon
dossier a été renvoyé au CMAC français. Les Belges n'ont alors pas statué. Je suis ressorti de la visite médicale sans aptitude et sans inaptitude.

J'encourage donc tous les jeunes pilotes qui veulent se lancer dans le métier plus tard à passer leur première visite médicale hors France, Belgique ou Suisse par exemple. J'encourage tous les pilotes qui ont été déclarés injustement inapte classe 2, à changer de médecin aéronautique et à remplir les documents de façon "judicieuse". J'encourage tous les pilotes qui sont encore aptes classe 1 à faire transférer leur dossier à l'étranger pour vider les centres d'expertise français.
Et enfin, pour les pilotes d'ULM, je les encourage à quitter la FFPLUM qui favorise de façon scandaleuse le recours à des visites médicales. Ce n'est qu'à ces conditions que la communauté pourra exiger auprès des autorités un véritable contre-pouvoir en cas de litige qui ne soit plus systématiquement en défaveur des pilotes.

J'espère vraiment que mon témoignage fera tâche d'huile et provoquera une prise de conscience généralisée sur les abus de pouvoir insupportables des médecins aéronautiques sur l'ensemble de la communauté des pilotes, de l'ULM à l'avion de ligne. C'est la révélation d'un système totalement mafieux et incontrôlé, avec la bénédiction des élus.

Je viens de récupérer mon aptitude classe 2!

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 16 Fév 2019, 12:19
par luc 27310
Bonjour Marcel 75,

merci d'avoir pris le temps d'écrire un aussi gros pavé sur ton expérience.
-Mais que signifie "CMAC"??
-Tu nous parles de ton expérience de 11400 heures, et alors, quel rapport avec l'ULM? Quel rapport avec les soucis médicaux éventuels de chacun?? Quel rapport avec le sujet dont il est question ici?
-J'ai le gros sentiment que ton message ne sert qu'à te faire du bien, dire du mal du " système" dont tu es peut-être victime, mais il faut savoir que chacun de nous porte sa croix, d'injustices, ou de la justice des hommes, etc...
-Le classe 1 ou 2, c'est quoi? Il y a ça en ULM??

Bons vols.

Luc

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 16 Fév 2019, 14:01
par Marc B
De fait, pour revenir sur le sujet, je discutais il y a quelques mois avec le toubib aéro (puisque nous avons un médical en Belgique) et il me disait que le classe 2 était plus sévère que notre classe 4(ULM) pour cause d’endormissement et autres. Je lui ai gentiment fait remarquer qu’entre nos machines et les mêmes en certifié je me voyais pas trop la différence en termes de pilotage. Mais voilà, l’Easa est plus sévère que la Belgique en matière de diabète.
Par contre, avec votre système libéral et déclaratif il me semble que c’est à vous de décider (avec avis médical ou non, mais ça c’est votre responsabilité) si vous vous estimez aptes.
On avait abondamment rappelé ici-même que la FFPLUM était une association sportive avec les règlements qui vont avec en matière de médical. Mais je suppose que si le médecin traitant donne son feu vert, ce n’est pas la FFPLUM qui pourrait s’y opposer, ce n’est pas sa mission, sinon elle organiserait elle-même ce genre de medical.
Maintenant, je peux me tromper.
Marc

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 17 Fév 2019, 07:47
par paparomeo
luc 27310 a écrit:Bonjour Marcel 75,

-Mais que signifie "CMAC"??

Luc


Bonjour Luc, le CMAC est le conseil médical de l'aviation civile, c'est lui qui statut en cas de soucis.

Pas facile d'aller à l'encontre de ses décisions, même si elles sont parfois très excessives ...aux dires d'éminents spécialistes médicaux

Mais bon, il font marcher le commerce des parapluies ...

Bons vols, frisquets, à ceux qui peuvent.

Patrick

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 17 Fév 2019, 08:55
par Marcel75
Pour répondre à Luc.
Tout d'abord, cher ami, la population des pilotes ULM n'est pas constituée que de pilotes n'ayant piloté que des ULM. Il vous faut savoir qu'une partie de cette population vient à l'ULM après avoir perdu leur licence médicale.
Oui, cela me fait du bien, et alors?
Sommes-nous dans une démocratie, ou bien n'ai-je pas le droit de partager mon expérience?

Luc, vos remarques frisent dangereusement l'intolérance.
De plus, une partie des pilotes d'ULM sont des jeunes qui peuvent aspirer à piloter d'autres appareils que des ULM. J'estime que mon expérience en la matière peut leur servir en les mettant en garde sur un fait avéré: il n'y a pas de recours possible en cas d'inaptitude en France. Passez vos visites médicales à l'étranger!

Et pour finir, sachez, cher Luc, que le combat judiciaire n'est pas encore terminé, car le Procureur de la république a tout loisir de déclencher quand il le veut une information judiciaire. Et j'espère bien qu'un jour il le fera.

Quant aux pilotes ULM dont je fais partie, mon expérience doit leur servir pour refuser systématiquement toute tentative de l'administration d'inclure une visite médicale pour exercer leur activité, justement à cause des abus de la part de certains médecins. L'administration est incapable de garantir le bon fonctionnement des recours en cas de litige.

Cher Luc, il n'y a pas que vous qui lisiez les interventions de ce forum. Je pense notamment à tous les pilotes faisant partie de la FFPLUM, ainsi qu'à ceux qui appartiennent à la DGAC. C'est à toute cette population muette à laquelle je m'adresse.


Il faut vider les centres d'expertise en France. Il en va de notre liberté à tous.

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 17 Fév 2019, 10:08
par Stator
Bonjour

Ne pas oublier les pilotes, ayant adhéré au : http://www1.snppal.fr/ :) qui je pense sont nombreux :roll:

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 17 Fév 2019, 10:11
par Bob01
Marcel75 a écrit:J'estime que mon expérience en la matière peut leur servir en les mettant en garde sur un fait avéré: il n'y a pas de recours possible en cas d'inaptitude en France. Passez vos visites médicales à l'étranger!


Ce n'est pas tout à fait vrai !

Selon la pathologie, et avec beaucoup de détermination, il est possible faire revenir le CMAC sur une inaptitude a priori définitive (de leur avis...).

Il y a "quelques" années, un infarctus ou la pose de stent étaient redibitoires.
Maintenant il est relativement facile d'obtenir un CM cl2 avec pilote accompagnateur de sécurité. (EDIT : plusieurs pilotes-inspecteurs de l'aviation civile ont été ou sont dans ce cas ! ! ! Et eux ce ne sont pas des classe 2 mais classe 1)

Un ami a été dans ce cas il y a une dizaine d'années. Il a inondé le CMAC d'expertises médicales de professeurs de cardiologie qui certifiaient les uns après les autres que son coeur était en meilleur état que dix ans auparavant, lorsqu'il avait un classe 2 "normal" !
Et il a réussi !

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 17 Fév 2019, 10:45
par luc 27310
Marcel75 a écrit:Tout d'abord, cher ami,

Luc, vos remarques

Et pour finir, sachez, cher Luc,

Cher Luc,




Heu…. tu sais Marcel, tu peux me tutoyer hein, c'est comme ça que ça marche ici, pas de " prout prout ma chère….".

Bons vols, mes chers amis :lol: :lol:

Luc

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 17 Fév 2019, 19:03
par paparomeo
Bob01 a écrit:
Marcel75 a écrit:J'estime que mon expérience en la matière peut leur servir en les mettant en garde sur un fait avéré: il n'y a pas de recours possible en cas d'inaptitude en France. Passez vos visites médicales à l'étranger!


Ce n'est pas tout à fait vrai !

Selon la pathologie, et avec beaucoup de détermination, il est possible faire revenir le CMAC sur une inaptitude a priori définitive (de leur avis...).
.....
Un ami a été dans ce cas il y a une dizaine d'années. Il a inondé le CMAC d'expertises médicales de professeurs de cardiologie qui certifiaient les uns après les autres que son coeur était en meilleur état que dix ans auparavant, lorsqu'il avait un classe 2 "normal" !
Et il a réussi !


Possible, mais il faut un moral et une motivation énorme.
Je parle malheureusement en connaissance de cause, sans la volonté de continuer à pratiquer la compétition j'aurais laisser tomber ma classe 2 bien avant.
J'ai bataillé 2 ans avant de retrouver un semblant de stabilité, malgré une visite annuelle obligatoire, mais ça de toutes façons avec les baptêmes c'était déjà le cas. Et surtout un passage devant le CMAC tous les deux ans, avec à chaque fois le doute sur la décision finale.
Alors même que les spécialistes que je consultais me disais que leurs décisions étaient excessives.

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 17 Fév 2019, 21:09
par luc 27310
Serait-ce possible de savoir ce qu' est " le classe1" ou " le classe 2"? J'ai pourtant bien cherché dans mon manuel du pilote ULM, je ne trouve rien à ce sujet...

Bons vols.
Luc

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 17 Fév 2019, 21:39
par Bob01
Classe 1 : pilote pro avion ou hélico
Classe 2 : pilote privé avion, hélico, planeur

Re: Certificat non contre indication et diabete

MessagePosté: 18 Fév 2019, 07:23
par luc 27310
Ah merci Bob01,
donc rien à voir avec le brevet ULM et le diabète de notre ami patrickblanc, initiateur du sujet dont il devrait être question ici….

Bons vols.


Luc